Via Integra

Fr Mark's progressive Anglo-Catholic take on European Christianity

  • This is my collection of material about the current state of the churches in Europe. I am interested in looking at how they are dealing with the pressing issues of our time: the issues of gay people and women in ministry/ leadership are particularly pressing at the moment, as is the area of declining church attendance.

    I would like to see how Europe's traditional religious institutions are coping with the new Europe currently being forged, in which public opinion and ethical attitudes are becoming inceasingly pan-European, and are evidently presenting a series of strong challenges for the churches.

Germany – church & state

Posted by Fr Mark on October 24, 2010

The Green Party in Bavaria are calling for the removal of the Roman Catholic Church’s privileges in the State of Bavaria. They wish to stop the system whereby the state pays the salaries of the bishops and other clergy, and whereby the Church is allowed to use certain state-owned property free of charge.

From Le Figaro, 21.10.10

http://www.lefigaro.fr/international/2010/10/20/01003-20101020ARTFIG00727-les-privileges-de-l-eglise-en-baviere-remis-en-question.php

Les privilèges de l’Église en Bavière remis en question

Les Verts veulent l’égalité entre les religions.

La polémique très animée sur l’immigration, qui agite l’Allemagne depuis cet été, a entraîné un nouveau débat sur la place de l’Église et des valeurs chrétiennes dans la société. À l’approche de leurs congrès annuels les principaux partis politiques évoquent la question. Chantres du multiculturalisme, les Verts, qui ont le vent en poupe outre-Rhin, se distinguent en proposant une égalité entre les religions.

En évoquant les «valeurs chrétiennes» de l’Allemagne ce week-end, Angela Merkel a ramené la place de l’Église dans la société au centre des débats. La chancelière a enterré le modèle multiculturel où cohabiteraient harmonieusement différentes cultures : «l’approche Multikulti» – «nous vivons côte à côte et nous nous en réjouissons» – «a échoué, totalement échoué», a-t-elle lancé. En prenant soin de préciser que les immigrants doivent s’intégrer et adopter la culture et les valeurs allemandes. «Nous nous sentons liés aux valeurs chrétiennes. Celui qui n’accepte pas cela n’a pas sa place ici. Chez nous prévaut la loi fondamentale et non la charia», une forme très stricte de la loi islamique, a-t-elle insisté.

Dans un document qui sera publié à l’occasion de son congrès, mi-novembre, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Merkel affirme que la tradition judéo-chrétienne «est le fondement de la cohésion de notre société et forme la culture directrice de l’Allemagne». De son côté, la direction du Parti social-démocrate (SPD) a pris ses distances avec un groupe de défenseurs de la laïcité constitué au sein du parti et qui souhaite faire supprimer les références à Dieu du préambule de la loi fondamentale allemande. Le SPD rappelle que bien qu’il n’existe pas de religion d’État outre-Rhin, les rapports entre État et religion sont moins placés sous le signe de la séparation que sous celui de la coopération et du partenariat. Et le grand parti de la gauche allemande réaffirme son attachement aux «valeurs judéo-chrétiennes».

De leur côté, les Verts prônent l’égalité pour toutes les religions et réclament notamment l’abolition des «privilèges de l’Église» dans la très catholique Bavière. «Dans un État démocratique et neutre toutes les religions reconnues doivent être considérées comme égales», affirme un document du parti écologiste, qui sera intégré à son programme lors du congrès de Würzburg ce week-end. Les Verts réclament la fin de la relation très étroite liant l’État bavarois à l’Église catholique. Ainsi, souhaitent-ils que la Bavière cesse de payer directement les salaires des évêques et des membres de la hiérarchie du clergé. Ils demandent aussi que l’Église catholique cesse d’occuper gracieusement certains bâtiments publics appartenant à l’État régional bavarois.

Les Verts s’abstiennent néanmoins de réclamer que les crucifix soient retirés des salles de classes bavaroises, comme ils l’avaient fait en 1998. Ils ne remettent pas en cause la «Kirchensteuer», le prélèvement dans tous les Länder allemands d’un «impôt ecclésiastique» redistribué par l’État aux institutions religieuses et qui sert notamment à financer des projets sociaux. Ce combat pour l’égalité est loin d’être gagné pour les Verts. Si aucun parti ne remet en cause la liberté religieuse, les Allemands sont, selon un récent sondage, 58 % à juger qu’il faut restreindre le droit des musulmans à pratiquer leur religion.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: